Les bus de Sumatra...

Publié le par Thulemin

        J'en aurais vu du paysage ^^; 
- A l'aller d'abord : le 29 septembre, 21h de bus Bkt-Medan, 2h a errer dans la 2e plus grosse ville d'Indonesie, puis 3 nouvelles heures de bus Medan - Bukit Lawang. 
- Retour a Medan le 5, 3h de bus. Puis le 6 octobre : 5h de bus jusqu'a Parapat sur les bords du Lac Toba.
- Enfin, hier, apres avoir attendu le bus 6h (le ramadhan et ses routes bondees...), j'ai embarque pour 16h...


IMG-2946.jpg        Et si seulement il n'y avait que les temps de trajets qui etaient impressionants... (oui, parce que 170km pour 4h, c'est long ^^). Mais il y a aussi tous les incontournables du voyage ^^

- Si vous avez de la chance, vous etes sur un des sieges par paire. La, vous pouvez esperer dormir. Si vous n'avez pas de chance (comme moi, pour les 20h a l'aller), vous etes sur les sieges du fond. La ou case 6 sieges (donc ou les gens sont serres comme des sardines), avec les voisins de devant qui allongent leur siege sans que vous puissiez faire de meme (donc vous avez plus de place pour vos jambes). C'est aussi la que vous vous rendez compte que le coucher du soleil a 18h30, c'est ultra embetant quand on ne dort pas de la nuit et que les lumieres ne marchent pas dans ce cr*** de bus. Du coup, si vous etes chanceux (comme moi), vous avez la pleine lune pour regarder le paysage, avec de la musique sur les oreilles (merci les piles qui durent !! 12h, c'est long, la nuit)

- En plein milieu de la nuit, se rendre compte qu'on est plus sur une route mais sur une piste de boue, que ce n'est plus du plat mais une pente a (sans rire) au moins 30% et que les camions de devant n'avancent plus. Que d'un coup, tous les gars du bus sortent pour mettre des cailloux sous les roues du bus (pour l'empecher de glisser pendant que les voitures d'en face passent pendant 10min) puis les enlevent quand c'est notre cote qui doit avancer. Mais que pour pas charger le bus, ils marchent sur 500m, la descente puis la remontee a 30% d'apres. Avec les cris des gens, les bus, mini-bus, camions, voitures, la petite centaine de personne sur la route alors qu'il est 3h30... C'est une drole d'ambiance...

- Les moments ou on se rend compte qu'on a strictement aucune idee de ou on est. Qu'on a ptet ben depasse la ville ou l'arret ou on devait descendre. Impression sacrement renforcee quand le chauffeur demande "ke mana ?" (vous allez ou ?), qu'on repond "ke Medan" (a Medan) et que la il ouvre des yeux genre "oh-mon-dieu-une-extraterrestre" et demande a voir votre billet. Je suis dans le bon bus au moins ? Oui ? Sur ? Bon, c'est deja ca...

- Quand meme les indonesiens tressaillent et disent "gila" (il est fou), lorsque le bus double camions par camions en se rabattant au dernier moment. Quand je dis "dernier moment", c'est : il se rabat et je camion en sens inverse nous frole au meme instant, avec la bache qui touche ma vitre au passage. Moi j'ai prefere ne pas regarder devant. Mais j'ai mon plan d'urgence si le bus bascule : me glisser par terre entre les 2 sieges en maintenant ma tete sur mes genoux avec mes bras. Et prier pour que je ne me fasse pas ejecter...

        Mais c'est aussi plein de bons moments... Se faire inviter a partager la table d'une famille pour faire berbuca (rompre le jeun), voir les gens ouvrir de grands yeux quand on dit qu'on fait le jeun et aussitot t'accepter comme autre chose qu'une simple touriste, partager des chips d'ubi avec un gamins aux yeux immenses, montrer les photos de la neige au Quebec, avoir des gens qui t'offrent spontanement des gateaux qu'ils ont cuisine...
        Avec Rully, au vu du nombre de gars dans le bus a l'aller, on a decide avant mon depart qu'il etait mon mari. S'il etait juste mon petit ami, certains pourraient penser "ah, elle est venu ici pour sortir avec des indonesiens" et ca les encouragerait plus qu'autre chose. Mais en disant que c'etait mon mari, j'ai evite des avances et j'ai eu des discussions super interessantes :)

Publié dans Sumatra - Indonésie

Commenter cet article