Le rire est universel !

Publié le par Thulemin

undefined

           Voila, maintenant que j'ai abreuve votre imaginaire d'images de Birmanie, je peux commencer a ecrire mes paves :) Le groupe etait... genial... Surtout les moines !! (Ah bon, vous vous en doutiez ?) Le jeudi matin, a part Phra Chai et Phra Sanet, je sentais que tout le monde avait un regard en coin sur moi ^^; Forcement... a part Phra Chai et moi, ils sont tous thais... D'ailleurs, sur la liste qu'on donnait aux check-points, mon nom s'est vite retrouve encercle... Mesure de statistiques preventives... ?


        Bref, j'ai eu la chance d'avoir des gens qui savaient parfois parler anglais. 4 gars le maitrisaient plus ou moins bien selon les cas, mais les femmes pratiquement pas. Chez les moines, ca allait de l'excellent (Phra Sit...) a un baragouinage souriant ou manquaient les mots les plus simples (Phra Om-Em). Mais la ou l'anglais ne passait pas, les sourires faisaient tout le reste.

           Combien de fois sur les marches, dans les villages ou avec les moines, combien de fois on a essaye de dire 3 mots avant de se regarder et de rigoler comme pour dire "c'est pas grave".
         Un sourire echange avec deux petites memes autour d'une table, devant le bol de soupe qu'elles viennent de vous offrir... Le rire d'une gamine au marche, a qui on montre la photo d'elle qu'on vient de prendre... Les regards en coin avec les novices... Les grognements de sauvage avec les gamins pendant qu'on jouait a "chat", juste pour les faire rire...
           Des fois, il n'y a pas besoin de savoir parler pour communiquer. Le plus important, c'est les yeux, les gestes, et les sourires. Avec ca, vous pouvez aller plus loin que vous ne le croyez...


           Les moines etaient en fait des etudiants de 2 annee du Thai Program, et Phra Sanet est leur professeur. Ils etaient repartis en deux groupes, parfois, pour la visite de l'apres-midi, et devaient rendre un rapport a la fin. Phra Sit en tout cas... je suis pas tres sure pour les autres. Phra Sit, il devait rendre un rapport de 12 pages sur le bouddhisme de Birmanie (celui en Thailande etant le Theravada). Bref, ils etaient la pour etudier.... et surtout pour s'amuser ^^;

             C'est tellement trippant de voir une floppee de moines avec leurs appareils photos, a prendre une pose serieuse devant une statue de bouddha ou a faire des grands sourires devant un monument quelconque de la ville. A prendre en video tout moment amusant ou interessant... De vrais touristes... ^^
            Ils ont aussi full profite de l'adage "A rome, fait comme les romains". Aussitot fini le petit dejeuner, je les voyais en general disparaitre par 2-3 vers le marche, acheter du riz gluant, des pathanko ou autre nourriture interessante. Le soir, ils ramenaient parfois de la nourriture aussi, parfois un peu cache dans leur sac, parce que bon... Phra Sanet il tolere mais faut pas non plus mettre tout ca trop en evidence... Un vrai voyage scolaire lol, avec des etudiants de 26 a 50 ans...

         
             Un peu comme les premieres fois ou je leur ai donne quelque chose de main a main... Je me disais "mince, j'ai rien pour le poser, pour qu'il le prenne apres... Bah, allez, je lui donne directement..." Mais a chaque fois qu'il y a eu un contact physique de leur part (moi j'ai jamais ose), surtout de Phra Num et Phra Om-Em, je vous jure que mon coeur faisait litteralement un bond. Enfin... Je sais pas si c'est possible a expliquer mais... dans un sens, je prenais ca comme une "reconnaissance", comme un "tu fais partie de notre groupe, on est connecte". Et c'etait un cadeau immense...
            A table un soir, j'ai dit a Pulawit, le guide, que si j'etais un gars, je serais deja moine a l'heure qu'il est. Et il m'a juste dit avec un grand sourire "oui, je l'ai senti !"
           
           Je pense qu'il faut voir les moines ensemble en vrai pour le comprendre... Ils ont tous une sorte de connection, d'univers a eux, dans lequel ils evoluent en toute liberte et insouciance. Ils se prennent par la taille, marchent parfois main dans la main, sont tres souvent en contact physique les uns avec les autres. Et ils sourient, rient, parlent et s'amusent. Et les gens font partie d'un autre univers. Normalement, c'est "eux et moi", le "nous" n'est pas possible, je ne suis pas moine. Et pourtant... pourtant il y a eu comme une connection, comme une ombre de "nous". Pas vraiment une realite, mais un sentiment... Et c'est pas possible a decrire... Et c'est pas non plus possible de dire un "merci" qui a assez de poids.

Publié dans Myanmar

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article