La vie dans l'etat Shan - Temoignages

Publié le par Thulemin

          En tant que Shan, et non Birmans, la population de cet etat est sous repression constante. Les voyageyrs etrangers sont autorises a Tachilek, Chiang Tung et une/deux autres grandes villes. Parce que c'est la ville et relativement sous controle. Pas de combets avec l'armee Shan, persecussion moins voyante. Alors c'est relativement ok pour la junte de montrer ca, ca leur fait pas trop de mal.

            Pourtant, meme la, la vie est dure. Les soldats que l'on voit a Chiang Tung sont tous Birmans, pas Shan. Comme si on pouvait faire confiance a un Shan, voyons... Cependant, dans les villages, il y a une sorte de milice locale. En general, ce sont des Tai Yai, Tai Kheun (des Shan quoi).
         Mais... Ils n'ont pas de salaires, pas de nourritures, rien. Leur seul privilege est d'avoir un pistolet. Et ils doivent patrouiller et verifier que tout est calme. De toutes facons, ils n'ont pas le choix : s'ils ne le font pas, il y a toujours des collaborateurs pour les denoncer. Chacun devra faire son temps...



            Pour chaque commerce, chaque activite, les Shan doivent donner 40% des revenus au gouvernement. Dans les 500 baths payes a l'hotel, 230 allaient donc dans la poche de la junte.
             Le probleme vient de si on est agriculteur et qu'on a des terres. Ce n'est pas la part de ta recolte que tu dois donner, c'est le 40% de ce que tu es sense cultiver. Donc... si la saison est mauvaise, qu'importe : tu dois payer la meme quantite que l'annee derniere. Si tu es malade et que tu n'as pas pu cultiver ta terre cette annee, tu dois quand meme donner les 40% estimes. Et si tu ne payes pas deux annees de suite, ta terre est confisquee par le gouvernement. Ouste, dehors...

             C'est une strategie que la junte apprecie particulierement, surtout dans les villages isoles proches de la frontiere Thaie. Ce sont les plus susceptibles d'aider l'armee Shan, dans les montagnes. Il arrive tres frequemment que les soldats arrivent, disent aux villageois de partir a la ville et d'y rester. S'ils n'obeissent pas, ils sont mis en prison ou tues.
             Les villageois arrivent souvent dans une ville ou ils n'ont rien : ni famille, ni job, ni maison, bref ils sont a la rue. Mais ils sont ainsi plus aisement controlables. Et les montagnes regorgent de villages fantomes, abandonnes par toutes les familles sous la pression du Tatmadaw.





               Si un village veut une ecole, les villageois doivent payer de leur poche la construction du batiment. Generalement, la junte arrive aussi a prendre une part des donations, lorsqu'il y en a (c'est pour ca qu'on donne aux temples, c'est encore protege un peu je crois). S'il reste des materiaux a la fin de la construction, les villageois peuvent pas les utiliser pour rafistoler une maison ou faire une autre batiment, c'est requisitionne par le Tatmadaw.
              Ensuite, la junte envoie des professeurs. Birmans evidemment. On peut pas laisser des Shan enseigner, il y a le risque qu'ils enseignent leur culture, leur langue et aussi un gout d'independance. Mais les professeurs sont sous-payes (le 20 euros/mois). Alors les enfants ont obligation de donner du riz au professeur tous les matins avant le cours. Une taxe de plus pour une population deja pauvre.





               En general, la repression passe par la toute-puissance du Tatmadaw, l'armee birmane. Ta moto les interesse, ils la prennent. Ils veulent utiliser un truc chez toi, ils l'emportent. Ta tete leur plait pas, tu vas a l'interrogatoire. Ta femme leur plait ? Ils te l'empruntent et te la rendent quelques jours plus tard.
              L'hotel ou on restait, a Chiang Tung, etait gere par une femme. La soeur de son mari s'est vu un jour emmene par des soldats, pour raisons d'entre-vue. Deux mois plus tard, la rumeur etait qu'elle aurait fait quelque chose contre le gouvernement. Toujours est-il qu'ils ne l'ont jamais revu. Cinq ans plus tard, ils ont accepte l'idee qu'elle etait probablement morte et que le corps avait ete jete quelque part.




Bienvenus en Birmanie...
-- Tout ce qui a ete raconte dans ce post nous a ete dit par les refugies --

Publié dans Myanmar

Commenter cet article