La campagne

Publié le par Thulemin

            J'ai donc loue une moto, une fois de plus. Je me suis baladee, cherchant la riviere des yeux mais n'osant jamais vraiment y aller. Je sais que de l'autre cote, sur la rive Birmane, a quelques kilometres a peine du pont, on peut trouver des batiments hebergeant les rebelles Karen ou des armees affilies au Tatmadaw. Je mourais d'envie de voir ca, mais... ouais, ma securite...
            A un moment, sur la route bitumee ou j'etais, il y avait un chemin en terre qui partait vers la riviere. J'ai voulu m'arreter pour prendre des photos des montagnes birmanes. Mais un gars qui faisait son jogging m'a vu ralentir et a cru que j'allais prendre le chemin vers la riviere. Il m'a fait un grand signe "non, non, va pas par la !" C'est encourageant.... J'ai pris la photo et je suis repartie.

A un kilometre a peine, quelque part, la riviere Moei. Et des montagnes hebergeant les camps de la KNLA, au milieu des mines

        
            Ici plus qu'ailleurs, j'ai vu des feux partout. Je pensais avoir deja vu pas mal autour de Chiang Mai, mais ici ca depasse tout. On voit generalement que les contours des montagnes, grises, cachees derriere un ecran de fumee constante. L'odeur de feu est partout dans l'air, si on y fait attention. Les flammes crepitent gentiment le long de la route, tous les 2-5-10 kilometres.
            Impossible d'avoir des details des montagnes ou des couleurs nettes... tout est nappe de blanc...






Mais ou est le soleil...


        Dans la campagne, plusieurs temples se cachent a 30m de la route. Je suis allee en voir un. Accueillie par un concert de grognements menacants et d'aboiements, entouree d'une douzaine de chiens a l'allure tout a fait sympathique. Un homme dormant dans un hamac m'en a debarasse et m'a emmene voir la statue de Bouddha. J'ai presente mes respects : on s'agenouille, on joint les mains au niveau du front et on se prosterne 3 fois, les mains et le front par terre.
            L'homme n'etait pas un moine mais il habitait la car il n'avait pas d'argent. Je lui ai donne 50bt, un euro, et il a fait 36,000 courbettes pour me remercier. Il m'a montre ses tongs qui commencaient a tomber en morceaux, me faisant comprendre avec un sourire qu'il allait pouvoir s'en acheter des nouvelles. Puis il a couru dans un batiment, ou il dormait, et en est revenu avec deux petits trucs a manger, qu'il m'a donne. Donne et on te donnera en retour. Il a rien mais il me donne a manger...
            J'ai croise un des Abbot, je l'ai salue en disant sawat-dii ka. Il m'a demande un truc que j'ai pas compris, puis j'ai enregistre le "paa-sat" qui veut dire "language", donc je me suis dit qu'il dit qu'il demandait surement si je parlais Thai. J'ai bredouille un "mai daai" (je peux pas). C'est frustrant... Il aurait voulu parler avec moi mais on pouvait pas. Faut que j'apprenne !
            En plus, Phra Saneh m'a dit que des moines de Rangoon se cachaient dans les temples de Mae Sot, ayant fui les arrestations de septembre et octobre. Mais il ne sait pas les noms des temples et meme si je savais je les dirais pas...

Au loin dans la brume... la Birmanie

Commenter cet article