Mes rencontres avec les Collabos

Publié le par Thulemin

       Je ne sais pas si j'ai juste fait plus attention que la derniere fois. Ou si c'est que j'etais plus accessible parce que moins occupee a etre collee aux moines. Mais je pense avoir repere quelques gens qui me surveillaient, cette fois-ci. Tout comme ils surveilleraient n'importe quel etranger, hein, faut pas deconner.



- Le premier, c'etait a la frontiere Birmane. Un homme me demande ou je vais, avec qui, insiste sur le "organise par des moines ?". Il pretend etre un touriste Thai qui en marre de voyager seul et voudrait joindre un voyage organise la prochaine fois.
      Mais il est assis a cote d'un soldat... Qui saute sur ses pieds un peu plus tard et repete "Ou allez-vous ?" Pas d'aggressivite, mais... Je viens de le dire au monsieur assis a cote de vous, la...




- Au marche de Mong La, je me balade seule. Un homme en chemise blanche, pantalon de costard noir et un ventre un peu trop rond m'approche. Tu viens d'ou, tu viens seule, tu es ici pour quoi, c'est la premiere fois ? Que des questions que plein de gens me posent en Thailande aussi. Mais lui est trop riche, trop bien nourri, pour etre un citoyen ordinaire.



- A l'arrivee a la Guest House, deux officiers (police ?) parlent avec une touriste. Ils ont trop bus et lui parlent depuis longtemps. Ils ont un enorme ventre derriere leur uniforme. Quand j'arrive, l'un d'eux se leve et s'ecrie a la touriste : "Vous etes Allemande !! I LOVE Hitler ! Vous etes Allemande, vous devez l'aimer aussi !!", tout en faisant le salut nazi. Je reste figee sur place.
        La pauvre fille n'etait meme pas Allemande, mais Iranienne. Ce gars voulait juste trouver des Allemands pour partager son amour d'un dictateur...



         La famille de la mariee est louche aussi je pense. J'irai jamais parler en confiance avec eux. Pourquoi ?

- Parce que la mere et un des oncles ont une attitude qui dit "j'ai l'habitude de me faire obeir". On leur a dit "non" pour la nourriture et ils ont emis une sorte d'atmosphere qui dit "fais-le". Pas exactement menacant mais... Ils n'acceptent pas le refus. Et pour des gens normaux en Birmanie, c'est pas tres courant comme attitude.

- Quand je discutais avec les jeunes le dimanche apres-midi, un "invite" en costard gris et lunettes de soleil s'est pose sur une chaise a l'autre bout de la terrasse et nous a observe pendant 1 heure. Oh, il pouvait faire partie des membres de la famille, qui passaient assez regulierement. Mais... je le sentais pas.

- La soeur, qui a etudie a Londres, m'a demande "est-ce que tu es venu en Birmanie pour les droits de l'homme ?" Sonnette d'alarme. Soit elle est totalement sure que personne ne comprend l'anglais, soit elle est totalement sure des vues politiques des gens autour... soit elle est de meche aussi. Personne ne parle de politique en public. Surtout pas dans la rue. Non, je suis venue la pour visiter des temples avec un tour organise.

Publié dans Myanmar

Commenter cet article