Je suis traumatisee...

Publié le par Thulemin

          Je suis trop choquee.

          Les deux Birmans qui sont en cours avec moi sont chouettes, surtout la fille, Pompon. Min, le gars, est un peu plus taciturne mais n'a pas l'air mechant pour un sou. Avec Pompon, evidemment, je parle de Birmanie, de dictature, de generaux et de difficultes de la vie.
           Par exemple, pour avoir son premier passeport, elle a du - comme tout le monde - passer 3 jours entiers a faire la queue a un office de Rangoon (mais ils rentraient dormir la nuit quand meme) puis attendre 4 ou 5 mois pour l'obtenir. Et payer 60$. C'est une fortune pour des Birmans, c'est limite le meme prix qu'en France (quand le dollar etait encore fort...)

      


           Mais bref, c'est pas ca qui m'a choque.
          C'est quand je leur ai demande quel age ils avaient en 1988 - date des manifestations qui ont fait 3.000 morts chez les etudiants, moines, professeurs etc. Pompon en avait 10 mais Min en avait 14 et m'a tout de suite demande "qu'est-ce que tu veux savoir ?" Je me suis retrouvee comme une idiote.
          
             Demander aux grands-parents comment c'etait la seconde guerre mondiale, c'est tellement loin qu'on se dit que les blessures sont tres majoritairement fermees et que ca les derangera pas d'en parler. Et pourtant, parfois, si. Alors que dire d'un massacre qui a eu lieu a leur portes il y a 20 ans, alors qu'ils etaient encore momes ? Est-ce que je pouvais juste leur demander "racontez-moi ce que vous avez vu ?"
                Peut-etre ils avaient perdu des gens de leur famille ou des amis ? Peut-etre que c'etait comme demander a un Cambodgien "raconte moi comment les khmers rouges ont tue tes parents, freres, soeurs et enfants".
                J'ai eu un gros moment d'hesitation.




                Et c'est la que Pompon a sorti en toute innocence : "son pere etait un general".
              Et la j'ai du completement m'arreter de bouger. Temps de comprehension. Un General ?!? Oh mon dieu... Oh maudit tabarnak, j'ai un fils de general en face de moi. Mais quel general ?

         Min m'a raconte qu'ils vivaient dans un complexe bourre de personnalites politiques et de hauts representants et avantages du regime, sous haute securite. Pendant les manifestations, le complexe a ete attaque par les birmans en colere. Du haut de ses 14 ans, il se rappelle des coups de feu la nuit dans la rue, il se rappelle du sentiment que ca fait de savoir que ces gens en bas, ils veulent entrer et te tuer, toi et ta famille.

             Je sais, son pere est du cote des abominables cons et, en temps normal, j'aurais dit "ouais !! Allez ratatiner la gueule de ces crisse de dictateurs !!" Sauf que j'avais un de leur fils en face de moi, que je l'aime bien et que je me suis rendue compte que - meme en Birmanie - ca peut pas etre tout noir et tout blanc.
            Est-ce que ca fait de moi quelqu'un d'horrible si je me dis "peut-etre que si les manifestants avaient reussi a entrer, a tous les tuer, a changer la vie politique de Birmanie pour le mieux, alors peut-etre que j'aurais vu la perte de Min comme un bien, pas pour sa perte en elle-meme mais pour ce qu'elle aurait permis" ? Et pourtant Min il avait 14 ans...




              C'est la suite qui m'a encore plus sciee. Alors qu'on rentrait en classe, il a baisse le ton pour continuer a parler, me disant qu'en fait il ne pouvait plus rentrer en Birmanie. Son pere est mort il y a des annees mais c'est surtout que Min lui-meme a servi dans les "services secrets" du pays et qu'il a arrete pour s'enfuir a Singapour il y a 7 ans.
               Min faisant partie de ces gars de l'intelligence qui ecoutent et voient tout pour mieux arreter les opposants au regime (et dieu sait qu'il y en a...). Il a hausse les epaules comme pour s'excuser et a dit "ca fait longtemps, les gens changent".

                Mais maintenant je suis a la fois traumatisee et fascinee... J'ai tellement de questions a lui poser. Dont la majorite ne seront pas bienvenues. Genre... que te disait ta conscience quand tu faisais ca ? Tu l'ecoutais ou tu la cachais ? Ou elle te disait rien du tout ? Est-ce que tu etais considere different pour avoir ete le fils d'un general ? Comment s'est passe ton enfance ? Tu savais tout ce qu'ils font comme atrocites partout?
                 Comment je peux lui poser toutes ces questions.... ?

Commenter cet article