A bas le fromage et le vin (Vive les crepes et le cidre, d'abord)

Publié le par Thulemin

         Je suis en mal de Celtitude… Je veux l’Irlande, l’Ecosse, la mer, le vent, les embruns, l’énergie des arbres cachés dans les forêts, les courants d’air sur les landes de nos montagnes, les jig effrénées au milieu de la nuit, des chansons jetées à tue-tête vers les étoiles et des gens qui se prennent par la main pour former une ronde, comme pour nous réunir tous.

 

          Je veux le goémon abandonné sur les plages, les bateaux de pêcheurs peinturés de plein de couleurs, le cri d’un goéland au-dessus de ma tête, les flammes d’un feu dans une crique avec des amis. Je veux marcher sur les falaises, sentir le vent prendre mes cheveux, voir les tourbillons et les déferlantes, les murs de mer s’écrasant sur les rochers. Je veux revoir cet horizon tellement lointain et tellement puissant.

 

         Je veux un frisson, celui qui se réveille au son d’une cornemuse. Ce sentiment d’appartenance qui occupe ton cœur quand tu écoutes des sonneurs jouer. Les Scottish où tu voles dans les bras d’un inconnu, les cris des danseurs qui ponctuent la danse, les sourires échangés dans les tours et détours d’une humanité entrelacée.

 

           Le vent dans les rues de Brest, celui qui me parle et me fait danser. Les châtaignes qu’on a pas ramassées depuis si longtemps. Les crêpes de ma grand-mère, pas parce que c’est celles que je préfère mais parce que c’est elle qui les fait. Les notes de Gwendal ou de Denez Prigent qui s’élèvent dans le salon.
            Les petites routes qui passent au travers la campagne, où t’as toujours peur de te faire dévorer par un chien de ferme. Un menhir qui se dresse au milieu d’un champ. Les buissons d’ajoncs qui rajoutent une touche de jaune et une odeur de coco le long des sentiers. Les troupeaux de voiles blanches chaque été lorsque les futurs marins sortent les optimistes et les catamarans.

 

             Pouvoir dire Kenavo et Ma doue beniguet sans que 7 personnes me demandent quelle langue je parle. Ne pas être la seule à penser que le cidre est ma boisson nationale. Trouver des crêpes qui font moins d’un centimètre d’épaisseur. Mettre du beurre salé sur une tranche de pain grillée le matin (avec du nutella, si vraiment il faut). Pouvoir décider d’aller se perdre à la recherche d’un fest-noz tous les samedi, si l’envie nous prend. Admettre que les Bretons sont les pires buveurs de France.

 

             Mais surtout, se dire qu’on est Celtes, on est Bretons. Pour la France, messieurs dames, il faut aller de l’autre côté. Ici, c’est Penn Ar Bed, c’est le Début du Monde. C’est le début de mon monde et il me manque en ce moment.



             PS : c'etait samedi soir, apres avoir vu un film qui se passait en Irlande. Je suis guerie maintenant :)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Demat!Desolee je continue en francais parce que meme si je suis bretonne 100% pur beurre, salé biensûr!!!, je connais que qqs mots de breton. Mais tu sais que si tu veux de la celtitude tu peux compter sur moi!!allez kenavo avistro!!! Courage!!!
Répondre