Pourquoi j'ai ressuscité

Publié le par Thulemin

            Ca fait un bout que ça feelait pas, comme on dit en Québécois. En Janvier – Février, tout me poussait à rester à Chiang Mai. Puis j’ai pris ma décision, je suis partie faire un tour au Laos et en Malaisie, avant de revenir. Et en Avril, puis en Mai et en Juin… je peinais. Oh, il y avait toujours des trucs qui allaient d’eux-mêmes. Mais non… J’avais l’impression de nager contre le courant. Que quelque chose était faux.

            Je me suis dit que j’avais fait un mauvais choix, que Chiang Mai ne voulait peut-être pas de moi finalement. Et j’étais bien embêté, avec toutes les responsabilités que j’avais endossé. Qu’est-ce que je pouvais faire ? Alors j’attendais, en faisant ma part de job.




  
           
Et puis, dans les deux dernières semaines, ça s’est résolu. Tout semble recouler de source (si on excepte le fait que j’ai perdu ma dernière review juste avant de l’envoyer pour cause que ma clé usb est morte). J’ai remarqué les écureuils de ma fenêtre, les gens reviennent vers moi et je revais vers eux, je lève le matin et je me sens plus légère.



1. Trouver le déclic

 

 

            Je sais à quoi c’est du. Je sais qui a été le déclencheur. C’est Mary Kameko, la première CS que j’ai hébergée. Elle était pleine d’énergie, pratiquait le yoga et la méditation. En partant, elle m’a offerte une plante, qui fait des bébé tous le temps. Il y a de l’énergie dans cette plante, un esprit bienveillant en un sens. Je l’ai vu et, dans la seconde, je me suis sentie bien instantanément.


           
Maintenant, le matin, je me lève et je vais m’asseoir sur le balcon pour respirer 10min, regarder les écureuils et les nouveaux rejetons de ma plante. Et depuis je n’ai plus de mal à me lever le matin. Parce que se lever, ce n’est plus « lancer la bouilloire, se coiffer, lancer l’ordi, prendre sa douche et engloutir 2-3 trucs », ce qui n’a rien de particulièrement attirant quand on le compare au confort du lit et à la profondeur des rêves. Mais méditer consciemment sur mon balcon avec le soleil sur mon visage, les oiseaux et mon écureuil, un livre en buvant un chocolat chaud, oui ça arrive à me faire sortir du lit. +1 pour ma plante.





2. Se débarasser de ses vieux démons

 

           Car il n’y a pas que ça. A cause de Mary, je suis retournée à la Green Papaya Sangha. Je l’évitais à cause d’une personne. Assez ironiquement, c’est grâce à cette personne que je suis à Chiang Mai.
          Joanne, la prof d’Anglais avec qui j’ai usé mes premières heures de cours. Qui m’a introduit à Wat Suan Dok et à la Sangha. Joanne qui s’est mis à m’ignorer, à me faire de faux sourires forcés sans s’arrêter me parler dans les rues. Joanne qui bouge et sourit comme si elle était une actrice sur scène, pleine de manières qui disent « regardez mon lâcher-prise, comme je suis décontractée et profonde ». C’est pas ce qu’elle dit, c’est juste sa manière de sourire, de soupirer, de hocher la tête en souriant rêveusement, de marcher et de parler. Son brutal changement d’attitude ajouté à ça, je me suis mise à être en colère contre elle. A chaque fois que je la voyais, je me sentais abandonnée et méprisante à la fois, c’était un sentiment très étrange.


           
Et comment aller méditer quand tu as cette personne dans la pièce ? D’ailleurs, ça a pas loupé, la première fois, mes pensées étaient dirigées vers elle pendant une bonne partie de l’heure. La semaine suivante a été aussi inerte que d’habitude.



           
Et puis la semaine dernière, c’était le 3 juillet, il y avait célébration au consulat américain pour la fête nationale, et Joanne n’était pas là. Et j’ai rencontré Mike. Et Azriel. Et je me suis sentie juste bien. J'ai médité pour de vrai, sans me concentrer sur mes pensées négatives contre Joanne. Et le lendemain, Kui me sortait de mon isolement : elle m’invitait à Doi Suthep. La semaine suivante, cette semaine, a juste été… différente.


  
           
Et ce jeudi, à la sangha, Joanne était de retour, mais j’étais concentrée sur les autres cette fois-ci. Sur Nathan qui venait pour la première fois, sur Mike qui se tenait la tête entre les mains à cause d’un mal de tête, sur Mia et Ali qui tâtonnaient dans leur première expérience, sur mes deux voisines que je n’avais jamais rencontré. J’ai totalement oublié Joanne.
           J’ai réussi à me concentrer pour la première fois pendant les 3 étapes de méditation et je suis ressortie de là en sautillant. A chaque respiration, j’avais visualisé l’énergie allant dans une partie de mon corps, puis dans une autre à la respi suivante. Et à la fin, j’étais une véritable pile qui ne demandait qu’à donner de l’énergie aux autres.

 

 

            Aide-toi et le ciel t’aidera, c’est pas ce qu’on dit ? J’ai arrêté de dormir, j’ai arrêté de me fermer. C’est vraiment ça le sentiment que j’ai. Je suis ouverte. Aux gens, aux évènements et aux énergies.
            Et c'est reparti pour un tour :)

Publié dans Thailande

Commenter cet article