Un ptit tour et puis s'en va ! Bye bye Samak :)

Publié le par Thulemin

                   Oh je sais, la politique c'est emmerdant ! Mais quand les seules news que vous avez, c'est "état d'urgence à Bangkok", il faut bien que je vous instruise sur la situation ici. C'est amusant comme ils disent toujours quand un état d'urgence est instauré mais jamais quand il est levé...

L'état d'urgence a été levé ce matin, dimanche 14 septembre.



                     Dans le feuilleton politique de la Thailande, dans l'ordre chronologique mais sans dates exactes parce que j'ai pas trop de mémoire ce matin, voilà comment on commence à creuser un trou dans le mur pour sortir de l'impasse...

- L'année dernière, Samak animait des émissions de cuisine à la télé. Oui, il pense être un "chef".

- Janvier : Samak se fait élire premier ministre. En tant que PM, il ne peut être employé. Il continue les émissions. Les gens critiquent, Samak persiste. Il prétend faire ça bénévolement. Il finit par arrêter les deux shows au printemps.

- Mardi : La cour constitutionnelle se base sur des rapports d'impôts trafiqués pour prouver que Samak était bien payé, malgré sa position de PM. Il est obligé de démissionner. Son parti (le PPP) n'a cependant qu'à nominer un nouveau ministre, qui sera approuvé (ou non) par le gouvernement.

- Le PPP, en parti crétin, nomine Samak pour le poste de PM. Comment aider la Thailande à sortir de la crise... C'est le fait que Samak était PM qui enflamme les protestants, ils pouvaient pas penser à quelqu'un d'autre ? Non, parce que e caractère "tête de mule" de Samak protégeait les intérêts du PPP et aussi parce qu'il a de l'expérience politique (pas le bon genre d'expérience, si vous voulez mon avis) et qu'il est une bête de scène.

- Vendredi : élections au parlement pour approuver ou non la nomination. Le parti démocrate (l'opposition), la coalition du gouvernement (5 partis) et 70 membres du PPP boycottent la session. Le quorum (nombre de participants obligatoire pour un vote) n'est pas atteint : le vote est annulé.

- Le PPP revise ses choix et dit (sûrement très discrètement) à Samak de s'avouer vaincu. Samak (qui n'aurait sûrement pas admis la défaite tout seul) a déclaré "J'ai fait ce que je pouvais pour la démocratie de ce pays" et se retire du jeu pour la nomination du premier ministre.

- Demain : le PPP choisira un nouveau postulant pour le rôle de PM. Il devra être approuvé par la majorité du parlement et les 5 partis de la coalition devraient être plus réceptifs aux choix proposés à cette heure. Le vote aura lieu mercredi.



Parmi les choix possibles, 3 sont probables. Dans l'ordre de meilleure chance :

Somchai Wongsawat. Il est l'un des députés principaux du PPP et le ministre de l'éducation dans le gouvernement de Samak. Il tient actuellement le poste de PM en intérim, depuis mardi. Profil bas, non controversé, sans grande "présence", il a plus de 20 ans d'expérience en tant que juge et a de bonnes qualifications. Son manque de caractère et le fait qu'il soit le beau-frère de Thaksin (l'ancien PM renversé en 2006 et maintenant en exil) jouent contre lui.


Sompong Amornwiwat. Le ministre de la justice actuel et ancien homme d'affaire. Il a aussi occupé les postes de ministres du Transport, du Travail et de l'Industrie dans d'autres gouvernements. Fils d'une famille de policiers et de politiciens, il est lui aussi plutôt effacé.




Surapong Suebwonglee. Des trois, c'est le plus associé aux politiques de Thaksin. Actuel ministre de la finance, il est plus "coloré" que les deux autres et est à l'aise avec la presse et le reste du monde politique. Il est relié à l'un des programmes mis en place par Thaksin : l'accès universel au système de santé, à bas prix (30bt).


              De ces 3 noms imprononçables (oui, je sais, j'habite en Thailande, donc je peux les dire sans bafouiller mais honnêtement... ^^), Somchai a le plus de chance. J'aime bien Surapong personnellement, malgré ses liens avec la politique de Thaksin.

La suite au prochain épisode
Rendez-vous mercredi pour le nom de l'heureux élu...

Publié dans Thailande

Commenter cet article

Erwan 15/09/2008 04:27

Si je comprends bien, c'est un peu comme si Maité était premier ministre en France? Bon, ok, ça serait vachement plus marrant, mais en Thailande ça l'est pas trop.C'est triste par contre de voir que la couverture dans les médias français (sites d'actu en ligne) ou canadiens (journaux papier, télévisés, etc.) de ces problèmes est quasi inexistante.