Dans le car du retour...

Publié le par Thulemin

                En colo, le moment que j’ai toujours redouté, c’était les adieux. Celui où on se dit « mais si, c’est possible de rester en contact et de se revoir », sauf qu’on sait qu’on ne le fera jamais vraiment. Alors on a une boule qui se creuse dans le ventre, en pensant que c’est les derniers instants avec ces personnes auxquelles on s’est tellement attaché.


                C’est le même sentiment qui m’habite en ce moment. Je sais très bien que 95% des étudiants du camp habitent à Chiang Mai ou à moins de 20km. Mais réunir le groupe de 30 encore une fois, ça serait étonnant que ça se produise.
                Avec un peu de chance et de coups de pieds au derrière, oui, je pense pouvoir revoir ceux avec qui j’ai passé des bons moments. Mais qui sait… J’étais la prof et même si j’ai réussi à faire tomber la barrière le dernier jour et à passer la nuit entière avec un petit groupe d’entre eux, il n’en reste pas moins qu’on a du mal à se comprendre et que je suis plus âgée et qu’on ne deviendra jamais de vrais amis pour plein d’autres raisons.
               Mais ce n’est pas grave :) Si on peut se revoir de temps en temps dans l’année, organiser une sorte de « réunion des anciens du Summer Camp », ça sera déjà super sympa !


               Vous l’aurez deviné, j’ai évidemment passé des super moments. L’énergie du groupé était bonne, les individus pleins de ressources et ave un cœur d’or en général (même les playboys), les profs thaïs super amusants et le décor magnifique. Il n’y aurait pas eu besoin de bosser le soir pour revoir sa leçon du lendemain, ça aurait une de mes meilleures mini-vacances en Thaïlande.

                En fait, je rapproche ce summer camp de mon séjour en Birmanie avec les moines l’année dernière. Pas pour le décor et les personnes évidemment, mais pour l’intensité des moments passés ensemble, la masse de souvenirs qu’on en ramène et le souvenir qu’on ne peux s’empêcher d’avoir en repensant à ces instants-là.


                Voici en avant-première quelques photos de ces moments privilégiés, un concentré d’images pour quelque chose qu’on ne peut décrire avec des mots. Il y a des choses que seul le cœur peut ressentir…

Keng, Reef, Big, Ken, O, Bazz et Por, Nack et Diao
Les meilleurs...

Quatre des cinq prof thaïs. Soyons fous !!
Pancake, Noy, Yuri et Dump

O, Baaz, moi et Nu après une bataille de talc hier soir
Qui a dit que les asiatiques étaient petits, au fait ?

Keng, Diao, Dump, Reef, Ken, Big, Nack, Por, Mos, Baaz, Pancake, O et Por

Commenter cet article