Faux départ au Chiang Mai Mail

Publié le par Thulemin

Que dire sinon que je ne sais pas ce qui va se passer... mais que je ne me sens pas déçue plus qu'il ne faut.

 

        Le CMM (Chiang Mai Mail) est un journal anglophone pour la population expat de Chiang Mai mais ses parts sont détenues par le propriétaire du Pattaya Mail (et, oui, Pattaya c'est le mal !). Ce monsieur propriétaire a décidé jeudi après-midi que la dernière page du journal, la page d'ordinaire consacrée aux activités, traditions et festivals thaïs... serait maintenant dédiée aux rencontres sportives de la semaine passée.

 

       Songkran remplacé par les résultats du match Chelsea - Manchester United.

 

       Visakha Bucha Day (voir post précédent) remplacé par les seizièmes de finale de rugby.

 

       Loy Krathong remplacé par l'ouverture de l'Open d'Australie...

 

 

 

           La seule page en couleur du journal, la page la plus appréciée du journal, se retrouve aux oubliettes. En toute relativité, ce n'est pas dramatique.

 

           Mais pour une éditrice qui travaillait jusqu'à pas d'heures, consacrait tout son temps à l'écriture d'article, à l'édition du journal, à l'organisation d'une équipe... ça a été une goutte de trop.

 

           Elena a lancé un ultimatum. La page reste telle qu'elle est... ou elle démissionne.

 

           Elle a démissionné.

 

 

 

          C'était la seule salariée étrangère et la personne indispensable au CMM. Résultat : à moins que Phitsanu (l'éditeur Thaï) rattrape le coup, le journal ne sera pas publié ce mardi. Et peut-être pas la semaine prochaine, ni les semaines qui viennent.

 

          Il leur faut un nouvel éditeur et jusque là, tout est en standby... moi y compris.

 

 

         Comme je n'allais pas gagner d'argent avec mes articles, ça ne me met pas en mauvaise position. Mais c'était une belle opportunité de tâter le monde du journalisme, d'avoir les informations sur les évènements en avant-première (et non par après dans le journal), de rencontrer des personnes intéressantes...

 

          Alors oui, j'espère qu'Elena reviendra. Ou qu'un autre éditeur aussi sympa qu'elle reprendra le flambeau et me gardera dans l'équipe. Parce que ça promettait d'être sympa, ce petit boulot volontaire.

 

         Mais sinon, je ferai mon deuil et j'irai enquêter du côté du mensuel City Life... Ou je reprendrai mon idée des articles indépendants en freelance...

Commenter cet article