San Hog Far : un village pour les enfants des Tribus

Publié le par Thulemin

           Enveloppées de leurs plus beaux atours, les jeunes adolescentes cachent des sourires en nous regardant du coin de l'œil. Elles sont Akha et exhibent fièrement les cloches et grelots de leur coiffe, les colliers par dizaines et leurs vêtements brodés. Plus loin, des enfants Lahu courent les uns après les autres, pendant que des mères Karens prennent soin de leurs bébés. Aujourd'hui est un jour de fête au village de San Hog Far.

 

De jeunes adolescentes de la tribu Lahu

 

 



 

            Il y a huit ans, onze villages se sont réunis et sont parvenus à la conclusion que la seule solution pour faire sortir leurs enfants de la misère, c'était de les éduquer. Ils venaient de quatre tribus différentes - Akha, Karen, Lahu et Lisu - et ils ont décidé d'envoyer leurs enfants étudier à Phrao pour leur donner de meilleures chances pour le futur.

 

 

            Phrao, à six heures de marche de leurs villages... Les enfants, qui ne pouvaient rentrer à la maison, devaient rester en ville pendant la nuit. Ils dormaient dans la rue, dans des terrains vagues, dans des refuges en bambou improvisés et loués par les habitants de Phrao. Cet environnement instable était un terrain de jeu idéal pour les trafiquants d'enfants. Et ils sont en effet venus, et des enfants ont en effet mystérieusement disparu.

 

 

 

            C'est dans ce contexte que sont arrivés Ed and Tanja. Après avoir brillamment dirigé son entreprise pendant de longues années, Ed a réalisé que ses enfants ne voulaient pas lui succéder. Il a donc vendu sa compagnie. Avec l'argent de la vente, il est parti autour du monde et a lancé des projets ici et là : traitement des déchets dans les communautés gitanes de Serbie, école au Népal, orphelinat à Khao Lak pour les enfants du tsunami, opérations chirurgicales par des médecins japonais à Phnom Penh. Cherchez, il l'a fait !

 

 

            Ed et Tanja ont pris le sort des enfants des Hill Tribes à cœur et ont décidé de construire un village pour les héberger pendant la nuit. Cent jours exactement plus tard, le Hill Tribe Children Village est né. Ca a plutôt mal commencé, lorsque les villageois Thaïs des environs ont lancé des manifestations pour protester contre l'arrivée des enfants des tribus, considérés comme des « sous-citoyens », et cela jusqu'à ce que le commandant de la police de Phrao arrive et dise « ça suffit. » Pour une fois qu'un officier de la police mérite mon respect !

 

Le village avec le futur terrain de sport en premier plan

 

 

            Le village hébergera 40 garçons et 40 filles de six à seize ans, ainsi que trois couples de parents venant des villages en question, pour veiller sur les enfants. Ces enfants sont choisis par le conseil des village : ceux qui vivent le plus loin d'abord, et ensuite ceux qui montrent le plus grand intérêt pour l'éducation.

 

            Avec un bassin pour pêcher, un terrain de sport, huit ordinateurs connectés à Internet, une cuisine pour cuisiner et préparer des gâteaux, les enfants vont vivre une amélioration significative de leurs conditions de vie. Chaque dortoir de 20 enfants formera une équipe, se choisira une couleur et un cri de guerre, puis entrera en compétition contre les autres dortoirs dans des jeux amicaux. Les parents cuisineront le petit-déjeuner et le dîner mais le déjeuner sera pris à l'école de Phrao, qui est à 15 minutes de là. Les enfants iront à l'école grâce aux deux pick-ups du village.

 

Le bâtiment des filles

 

La salle informatique

 

Un des dortoirs

 

 

            En Thaïlande, certains projets consacrés aux tribus sont menés par des missionnaires qui n'hésitent pas à convertir les enfants et à les transformer en extrémistes pour combattre l'islam. Loin de cette idée, Ed et Tanja ont décidé que l'éducation et les activités religieuses n'auraient pas lieu d'être au village.

 

            A la place, pour garder les enfants occupés le soir, l'assistant du projet, Tom (Pairoj Topa) ira au village trois fois par semaine pour enseigner l'Anglais et organiser des jeux. Il veillera en outre au bon déroulement de la vie du village, ainsi qu'au respect du règlement prévu, pendant les six premiers mois.

 

 

            Ce qu'il faut vraiment prendre en compte, c'est que Ed et Tanja se sont « contentés » de lancer le projet en construisant le village pour donner un endroit sûr où les enfants pourront habiter, jouer et étudier. Mais ces enfants auront besoin d'aide supplémentaire pour la nourriture, les fournitures scolaires et les besoins quotidiens. Les besoins financiers pour les 80 enfants et 6 adultes sont estimés à 100,000bt (soit 2000€) par mois. Cela doit couvrir la nourriture, l'eau et l'électricité, l'essence pour les pick-ups ainsi que d'autres besoins occasionnels.

 

            Ed et Tanja retournent en Serbie pour mener un nouveau projet : la réussite du village de San Hog Far dépend donc de vous. Si vous voulez enseigner l'informatique ou l'Anglais, jouer avec les enfants, préparer des gâteaux avec eux dans leur cuisine toute neuve, alors vous pouvez vous invitez pour quelques nuits dans la chambre d'ami spécialement créée pour cela. Sinon, veuillez considérer ce que 10€ peut représenter pour leur village.

 

Une jeune Akha et sa mère

(notez sa coiffe, typique des Akha)

 

 

Une jeune Lahu avant son spectacle de danse

 

Danse traditionnelle Akha

 

Une petite Lisu se cache derrière sa soeur

 

 

            Pour aider, vous pouvez contacter Tom directement à tom [à] lannadiscover [point] com ou au 089-838-3135 ou vous pouvez me contacter moi et je transmettrai. Laissez juste un commentaire et je vous contacterai :) Pour en apprendre plus sur les projets d'Ed et Tanja, vous pouvez visiter leur site internet.

 

            Merci pour eux !

 

Ptit gars à la cantine

 

Une famille Lisu

 

Un futur brillant étudiant ? :)

 

Une génération en conflit culturel... Comment je m'habille ?

 

Tenue traditionnelle Akha dans toute sa splendeur

Elles cousent leur "fortune" sur leur coiffe pour ne pas se la faire voler pendant le travail aux champs

 

Ah la technologie aux quatre coins du monde...

 

 

Les tee-shirts manga, un grand classique, qu'on soit thai ou d'une tribu

 

Un jeune Lahu, mix de traditions et de modernité

 

Adolescents en perte d'identité ?

 

 

Publié dans Reportages

Commenter cet article