Formation Basique aux Missions

Publié le par Thulemin

          Je suis de retour depuis dimanche soir de ma formation près d'Ipoh. Deux nuits / trois jours dans la jungle, à l'intérieur d'une caserne (territoire militaire - policier ?). Je vous ai déjà dit le nom de l'ONG pour laquelle j'étais volontaire donc je ne dirais pas le nom ici, ni le sigle de la formation. Le but, c'est d'éviter que de futurs participants ne trouvent ces articles via Google et ne les traduisent en Anglais pour savoir ce qui s'y passe. Après tout, on a tous promis qu'on ne dirait rien à nos potes en Malaisie. On n'a pas dit en France :)

 

           C'était plutôt incroyable. Comme un film grandeur nature. C'était dur, intense, amusant et stressant à la fois. Ca vous happe d'un seul coup et vous ressortez à l'autre bout du tunnel, 3 jours plus tard, sans avoir vraiment compris ce qui venait de vous arriver. 

 

            Cliché de moi à la sortie du camp : des cernes sous les yeux d'avoir dormi 10 heures en 3 nuits, de la boue dans les cheveux, une coupure à l'orteil de m'être faite mordre par une fourmi de 2cm de long, l'estomac dans les talons d'avoir avalé 100gr de riz par repas, déshydratée, des cartouches de balles récoltées sur les sentiers et cachées dans ma sacoche, les baskets encore humides de leurs séjours dans la rivière, le cerveau rempli de communications radio (Bravo Charlie, bravo Charlie, ici Uniform Delta, le camp est attaqué, attendons instructions, over), à osciller entre "déconnexion d'avec mon environnement pour reposer mon cerveau" et "babillage ininterrompu de tout ce qui me passe par la tête". Sans douche pendant trois jours, on rigolait que seules nos dents étaient propres :)

 

            Bien sûr, il y en a qui n'ont pas aimé. Il y en a qui se plaignaient de devoir se lever en urgence à 4h du matin, de devoir faire des abdos à 6h30. Il y en a qui pleuraient pendant les simulations. Il y a ceux (dont moi) qui s'endormaient d'épuisement pendant les classes. Il y a ceux qui ronchonnaient que ça devrait être des cours théoriques et que personne ne les avaient prévenus de ce qui les attendaient...

                Mais, les gens, quand vous partez sur le site d'un tsunami ou d'un tremblement de terre, vous savez ce qui vous attend ? Vous allez rester dans les bureaux de l'ONG au lieu d'aller sur le terrain ?

 

             Il y a un proverbe qui dit (en Anglais) "When the going gets tough, the tough gets going".

             C'était énorme...

Commenter cet article