Je me présente, Miss Actualités Internationales

Publié le par Thulemin

            Puisque les médias internationaux n'en parlent toujours pas, je vais vous faire le Journal Télévisé de ce vendredi soir. A la Une, une semaine mouvementée en Malaisie, à la veille d'une manifestation en faveur d'élections libres et équitables.

 

                Ok, je dois corriger. Le New York Times et le Wall Street Journal ont enfin publié un article, ainsi que The Guardian. Aujourd'hui, soit après deux semaines de péripéties. C'est mieux que rien. C'est surtout mieux que la BBC qui, oh miracle, a publié un article sur... la fin d'une prise d'otage de quelques heures dans une maternelle en banlieue de KL. Excusez-moi, messieurs les responsables de la BBC, mais qui vous paye pour fermer votre gueule sur des violations de droits de l'homme ??? Pardon, je sais, c'est mal de jurer, mais ça frise le ridicule...

 

 


 

            Les nouvelles sont un peu désordonnées, mais je vais essayer de garder ça clair.

 

            Le mouvement, Bersih, est toujours illégal. Le mouvement est pourtant composé d'une soixantaine d'ONG, toutes enregistrées légalement auprès du registraire. Le gouvernement s'appuie sur le fait que l'ensemble des ONG ne soient pas enregistrées ensemble sous le nom Bersih pour déclarer le mouvement illégal. Ben oui, pas enregistré, pas légal.

 

          En tant qu'organisation illégale, le rally organisé est donc aussi illégal, tout comme les activités de soutien: porter un T-shirt jaune avec le nom écrit dessus, faire la promotion par tracts, etc.

 

            Le rally étant illégal, Bersih n'a pas reçu de permission de la part de la police pour l'organiser. Pas de permis, montée du bras de fer entre "c'est illégal" et "les citoyens ont le droit se se rassembler pacifiquement" (Constitution Fédérale, section 10, article 1B).

 

             


 

               Beaucoup d'arguments ridicules ont été lancés contre le mouvement. La seule raison valide pour laquelle le gouvernement veut l'empêcher est évidemment la peur. Peur de perdre le pouvoir, peut que le peuple se réveille peu à peu, peur que ça crée un précédent.

 

               Au rang des accusations lancées :

 

- C'est communiste, ils veulent renverser le roi ! (Bersih veut en fait donner les 8 demandes au roi, en acte symbolique de reconnaissance de son rôle dans la vie politique malaisienne, entre autre)

 

- C'est une attaque contre les Musulmans ! Pardon, où ça ? C'est politique, idiot, pas religieux !

 

- C'est monté par les Juifs et les Chrétiens allemands. Oui, oui, aussi.

 

- Ambiqa (la leader) est une stupide indienne. Oui, ça tient la route, aussi...

 

- C'est soutenu par l'opposition ! (et autant on n'aime pas les tentatives de s'approprier le mouvement, autant tout soutien est bon à prendre)

 

- Ca va créer des embouteillages ! Effectivement, c'est horrible...

 

 

               Pendant ce temps-là, je feuillette les listes électorales (accessibles en ligne) et remarque qu'une femme de la région de Perak est toujours inscrite et continue à voter. Elle est née en 1889. Ah ben oui, bien sûr...

 

 


            Le Roi a demandé aux deux bords de se calmer, dans un mouvement innatendu, et Ambiqa a demandé alors une audience. Audience accordée, pendant laquelle Ambiqa a alors accepté de tenir le rally dans un stade plutôt que dans la rue.

 

              Tenir le rally dans un stade. C'est ce que le gouvernement demandait depuis le début. Tout le monde se dit "ouf!". Bersih postule pour le Stadium Merdeka... qui refuse. Le gouvernement revient sur ses pas et décide que le mouvement étant toujours illégal, quelque soit l'endroit, le rally était toujours illégal aussi.

               Ah, et le roi il donne audience à des criminels ?

              Qui va à l'encontre des souhaits de la monarchie, maintenant ?

 

              Après 24 heures de doute, Bersih a annoncé que, autorisation ou pas, le rally aurait lieu à Stadium Merdeka, à 14h, ce samedi. Demain.

 

 


 

              Comment empêcher un rally ? Par la peur.

 

- Mardi, dans 3 endroits du centre, des caches ont été 'découvertes'. Ces caches ont été placées à 4h du matin. Comme c'est étrange qu'à 4h du matin, il y ait eu des témoins dans justement ces 3 emplacements. Dans les caches ? Des machettes, couteaux, feux d'artifices, cocktails molotov... et t-shirts jaunes. Oh surprise ! Bersih planifie d'attaquer le palais ! Je vous demande pardon... ? C'est juste une mise en scène...

 

- Depuis mercredi, 4 jours pré-rally, il y a des barrages routiers partout autour de KL, et surtout à l'heure de pointe le matin. Un itinéraire de 20min peut prendre 2h. Je me suis fait contrôler une seule fois, je dois être chanceuse... Les policiers réduisent une 4-voies en une seule voie, prétendent que c'est pour "chercher des armes", mais se contentent en fait de fumer et de discuter. C'est juste pour les embouteillages et augmenter les plaintes contre Bersih.

 

- 91 personnes, dont des résidents de KL, sont interdits d'entrée dans la capitale demain. Ca inclue les leaders de Bersih mais aussi de Perkasa & Umno Youth, ainsi que beaucoup d'activistes.

 

- 24 routes majeures du centre-ville sont totalement bloquées à la circulation de minuit ce soir à 22h demain. Hum... Tout le monde va se faire une journée cinéma à la maison ! 

 

- Les bus sont coupés en direction de KL. Les 3 stations de bus ont été déroutées pour éviter les afflux de personnes venant d'autres provinces.

 

- Le script de la prière du vendredi (pays à majorité musulmane) dans l'état de KL a été rédigé par le gouvernement et critique les manifestants comme des anti-musulmans, des gens qui veulent ruiner le pays, etc, etc. Les Bersih seraient des extrémistes et des anti-patriotes. Ben oui, toujours...

 

 


 

              Dan un retournement assez bizarre, le discours que j'avais écrit pour Toastmasters (mercredi) a été très apprécié de mes potes, qui m'ont demandé de l'envoyer au Malaysian Insider. Bon, voilà, j'ai été publiée dans un journal en ligne malaisien, un des seuls journaux indépendants... Sous un pseudonyme, évidemment. 

              Pour le lien, envoyez moi un mail.

 

              Plusieurs amis l'ont posté sur leur facebook. Assez curieusement, il y a eu des gens pour commenter que j'étais un juif (comprendre, un sioniste, un israélien) avec des intentions cachées. Oui, oui... Ah et tout le monde croit que je suis un gars aussi. Ben quoi, les filles ne peuvent pas écrire d'articles politiques ?

 

 


 

              Ce qu'il se passe demain ? On n'en sait rien. Les conseils disent d'aller tôt, d'éviter les barrages routiers et contrôles de police en partant dès 8h, 9h du matin. Les profils Facebook regorgent de conseils anti-gaz lacrymo, de règles de sûreté en cas de confrontation avec la police, d'astuces en tous genres...

 

               On n'a aucune idée de combien de personnes y participeront. 20 000? 50 000 comme en 2007? 100 000 comme l'espèrent les organisateurs ? A quel point l'effet "peur" du gouvernement aura-t-il fonctionné? 

 

               Vont-elles rester dans les rues ? Converger vers le stade ? Le stade sera-t-il réellement encerclé par la police ? Les membres de Perkasa & Umno Youth vont-ils vraiment créer des confrontations ?

 

               Comment Ambiqa, Anwar et les autres leaders vont-ils faire pour aller en ville ? Qui mènera le rally s'il n'y a aucun leader ?

 

                  Est-il possible d'avoir un rally pacifique, plein de ballons, de fleurs jaunes à distribuer aux policiers, de maquillages enfantins et de jeux de kermesse, comme certains l'organisent sur Facebook ?

 

                 Demain, c'est une journée décisive, en un sens. Une journée dont la dénouement reste un grand point d'interrogation. Ceux qui se terrent chez eux, seront-ils soulagés d'avoir fait le bon choix ? Ou seront-ils déçus d'avoir manqué une page d'histoire de leur pays ?

 

 


 

              Vous savez le plus ironique ? Le premier ministre va rencontrer le pape à Rome demain... Oui, ses RDV en Europe ne sont pas "annulables". Comme c'est pratique ! Pendant ce temps, la police peut mettre tout le monde sous coup d'arrêt, et le premier ministre peut mettre le blâme sur les autres à son retour.

 

                Plus de 200 arrestations depuis le week-end dernier, et 6 toujours emprisonnés sour le coup de l'ISA (un peu comme le USA Patriot Act : oubliez les procédures légales normales, on peut faire ce qu'on veut de vous !)

 

 


 

                 Plus de mises à jour demain soir, quand on en saura plus. GROSSE JOURNEE D'ANTICIPATION !

Publié dans Malaisie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article