Question d'estomacs

Publié le par Thulemin

         A la question "Où on dort ?", la réponse était facile : par terre. Sur le plancher, sur le sol en béton, sur les lattes de bambou. Dans ton sac de couchage qui te protège du froid de la première nuit, des bêbêtes et de la dureté du sol. Et on dort très bien, pas de problèmes, surtout quand on se lève à 5h tous les matins.

 

         A la question "Qu'est-ce qu'on mange ?", réponse plus nuancée :) J'aurais pu insister sur mon état de végétarienne mais j'ai décidé de ne pas faire ma difficile et j'ai zigzagué entre les morceaux de poulet et de poisson salé mélangé aux légumes.

 

 

A la première clinique, à Kg Tikolod, on mange sur le pouce entre deux patients

Et je sais, j'ai trop la classe :p (ben ouais, pas là pour un défile de mode hehe)

 

           On avait deux filles locales, qui travaillent pour une NGO des droits des tribus, qui nous ont accompagné pendant le trek & faisaient la cuisine pour le groupe entier. C'était assez facile : riz matin, midi et soir :p Parfois des nouilles le matin aussi, ce qui était chouette. Des légumes non-identifiés, verts, un peu aigres. Beaucoup de poisson salé (beurk). Les deux pique-niques, c'était riz + oeuf salé (le sel pour éviter les crampes, apparemment). Les fruits m'ont manqué :)

 

DSCN0275

La cuisine au premier stop

 

              Les casse-croutes ? Personnels. Moi j'avais un sac d'amandes et d'abricots secs :) Les guides trimbalaient des paquets de pain de mie et une bouteille de miel, qu'ils partageaient gentimment avec nous pendant les breaks. Il va de soi que tout le monde filaient ses snacks à tout le monde, et qu'on mangeait peu du nôtre :p

 

DSCN0310

Jeremy (leader de mon groupe), Sabeda (leader du 4è groupe) et Bayon, un des guides

 

 

             Un des évènements marquants du séjour, ça a été la séance tuage de poulets. Comme dans "oui, il faut qu'on les tue". A la méthode halal, pour les quelques musulmans qui étaient avec nous. Ca implique que l'animal soit conscient (pas dans les pommes) et un seul coup pour l'égorger.

 

              On avait forcément que des amateurs. K.A & Nuzul n'avaient jamais tué de poulets de leur vie et c'était assez comique. On était partagé entre "je regarde" et "je veux pas voir ça".

 

DSCN0326

Déplumage du cou par Jeremy, Nuzul & K.A

 

DSCN0327

Les pauvres étaient tellement pas doués qu'ils étranglaient le poulet...

"Attend, attend, faut qu'il reste conscient"

"Mais je fais juste que lui arracher les plumes !"

"Mais pas comme ça..."

"T'as déjà tenu le cou d'un poulet pour lui arracher ses plumes ?"

"Heu..."

 

DSCN0329

Jeremy : "Je ne veux pas voir ça"

K.A super concentré

Nuzul : j'essaye d'aider mais j'ai rien à faire

Ils ont lancé le poulet par terre après, quelques soubresaults et c'était fini. Au tour du 2è !

 

DSCN0330

Ca c'est le 2è. Grand moment d'incompréhension : IL MARCHE ! Attends... On fait quoi ? On le rattrappe et on lui donne un deuxième coup ? Mais t'es sûr qu'il saigne ? Mais oui... J'sais pas alors, on attend voir ?

Au bout d'une minute, il est tombé la tête la première, convulsions, un autre de fini.

 

DSCN0337

Les bouchers et leur air de doute :p

On les tue bien de la bonne façon, t'es sûr ?

J'espère...

 

DSCN0338.JPG

Et ça c'est la cuisine après : plongée des poulets dans de l'eau très chaude (pour ramollir ?) et après c'est facile de les déplumer. Enfin, soit c'était plus facile, soit c'est juste qu'eux c'est des locaux et ils sont plus doués :)

Publié dans Malaisie

Commenter cet article