Parce que je reste engagée

Publié le par Thulemin

        Textes propriétés d'Avaaz et de sa fantastique communauté. L'action se déroule en France, pour une fois ... Eh oui, après les pétitions sur l'Iran, Pakistan, chasse à la baleine, Israel/Palestine, sommet de Copenhague et autres grandes causes, c'est au tour de la France de faire la Une de la plus grande communauté de citoyens du monde. Et pour cette raison, la lettre est arrivée en Français.

 

         Messieurs dames, une minute de votre temps pour une pétition qui changera peut-être l'image de la France. Car, oui, les Malaisiens et les Thaïlandais m'en parlent...

 

 


 

       Impressionnant - En seulement 72 heures, 30 000 personnes ont signé partout en France! Et ce week-end des milliers de manifestants sont descendus dans la rue contre les expulsions. Avec une mobilisation encore plus massive, nous pourrions stopper cette politique. Allons jusqu'à 100 000 signatures avant le Conseil des Ministres de cette semaine! Faites suivre ce message à tous vos proches:

 

Chers amis,

 

Quatre personnes pourraient arrêter la politique répressive du Président Sarkozy et les expulsions collectives de milliers de Roms vivant en France: le Premier Ministre Fillon et les Ministres Kouchner, Morin et Amara. 

Sarkozy et les partisans du virage sécuritaire ont jusqu'à présent ignoré les condamnations de l'Union Européenne, de l'ONU et du Vatican vis-à-vis de cette politique xénophobe honteuse, mais ces quatre ministres ont affiché leurs divergences. Un appel citoyen massif les poussant à faire plus que ces déclarations pourrait les inciter à agir au sein du gouvernement fragilisé, pour stopper les rapatriements collectifs et les amendements scandaleux introduits dans la loi sur l'immigration, bientôt en débat au Parlement et qui visent à faciliter les expulsions hors de France. 

Mais nous avons peu de temps pour agir -- d'autres expulsions sont attendues dans les jours à venir et les mesures législatives pourraient être adoptées. Mobilisons-nous pour montrer à ces ministres que les citoyens français les soutiennent et les appellent à agir contre ce plan anti-Roms. Cliquez ci-dessous pour signer la pétition et faites la suivre à tous -- ensemble allons jusqu'à 100 000 signatures pour la leur remettre avant le Conseil des ministres cette semaine: 

 

http://www.avaaz.org/fr/roms_stop_aux_expulsions/?cl=732286842&v=7095


Le mois dernier, Sarkozy ordonnait la démolition de centaines de camps de Roms et leur expulsion en leur attribuant collectivement la hausse de l'insécurité et de la criminalité. Ces camps ont été détruits brutalement par les forces de police, laissant des centaines de familles sans toit. Ces derniers jours, 128 camps ont été démantelés et près de 1000 personnes expulsées de fait* vers la Roumanie et la Bulgarie -- soit un total de plus de 8000 Roms expulsés cette année. Des centaines d'autres personnes pourraient être rapatriées dans les jours à venir. 

Les Roms ont subi des décennies de persécution et de discrimination dans chaque pays où ils se sont installés. Pendant la 2ème Guerre Mondiale, des centaines de milliers d'entre eux périrent dans les camps de concentration nazis. Aujourd'hui, plus de 12 millions de Roms vivent en Europe, dont 15 000 en France d'après les estimations. Citoyens européens, ils sont la plus importante et la plus pauvre minorité d'Europe, et le manque d'accès aux services de base et à l'emploi conduit nombre d'entre eux à quitter l'Europe de l'Est pour tenter leur chance dans les autres pays de l'Union Européenne. 

Les conditions de vie dans les camps de Roms en France sont très difficiles, en grande partie parce que les citoyens roumains et bulgares n'ont pas le droit de travailler légalement, dans le cadre de mesures transitoires introduites par le gouvernement français. La levée de ces mesures permettrait d'améliorer considérablement l'intégration des Roms, de réduire le travail illégal et d'éliminer progressivement les bidonvilles où ils vivent. Au lieu de cela, le Ministre de l'Immigration Eric Besson a invité ses collègues européens à une réunion cette semaine pour faire taire les critiques et légitimer cette politique xénophobe, et il vient d'annoncer de nouveaux amendements au texte de loi sur l'immigration qui faciliteront encore plus l'expulsion des Roms

Cette politique divise le gouvernement Sarkozy. Le Ministre des Affaires Etrangères Bernard Kouchner a le premier exprimé sa préoccupation et a indiqué avoir pensé à démissionner face à l'accélération des expulsions de Roms. Le Ministre de la Défense Hervé Morin a déclaré que le gouvernement ne devait pas "cultiver la peur et chercher des boucs émissaires" et la Secrétaire d'Etat chargée de la politique de la ville Fadela Amara a dit ne pas soutenir les expulsions. Même le Premier Ministre François Fillon a reconnu un "malaise" au sein de la majorité et a critiqué "certains propos" concernant la politique sécuritaire. Ces ministres sont notre meilleur espoir. Mais nous n'avons que quelque jours pour endiguer cette politique honteuse. Signez la pétition urgente adressée à nos ministres et faites passer le message: 

http://www.avaaz.org/fr/roms_stop_aux_expulsions/?cl=732286842&v=7095


La politique de stigmatisation et d'expulsion collective d'une communauté marginalisée met en péril nos valeurs, est contreproductive et ne répond pas aux causes profondes de la détresse des Roms. Ensemble, faisons de cette période sombre un tournant et appelons les membres du gouvernement français à prendre leurs responsabilités en respectant les droits des citoyens européens et en protégeant la minorité rom - signez la pétition dès maintenant: 

http://www.avaaz.org/fr/roms_stop_aux_expulsions/?cl=732286842&v=7095

Avec espoir et détermination 

Benjamin, Luis, Alice, Ricken, Ben, Emma, Graziela, Milena et le reste de l'équipe d'Avaaz 

Plus d'informations 

* A de nombreuses reprises, les Roms rapatriés ont fait état de pressions policières en cas de refus de l'aide au "retour volontaire" du gouvernement (300 euros par adulte, 100 euros par enfant) et ceux qui ont refusé ont été expulsés.

Commenter cet article