Première course, première médaille

Publié le par Thulemin

     Un jour, quand j'étais gamine, le médecin de famille m'a ausculté et m'a complimenté "Tu as un coeur de sportif, comme ton père !". Ce à quoi je l'ai regardé par en-dessous en pensant "Vous me comparez, moi, qui déteste courir plus de 500m à mon père qui court 21km certains week-ends ? Mais oui bien sûr !"

 

      Et pourtant le goût de courir s'est développé lentement, à l'université, quand je révisais mes exams de bio. Plus un peu plus régulièrement, du une à trois fois par semaine selon les époques et les motivations. En général, 30min, comme une horloge bien huilée.

 

       Et puis, à Kuala Lumpur, j'ai rencontré Azeem, qui fait de la distance et a complété son premier marathon en juin dernier. J'ai continué à lire des blogs et livres qui vous poussent à vous dépasser, à réaliser ce qui vous semble impossible. C'est bon, j'ai compris. Objectif : marathon.

 

       C'est donc une des résolutions de l'année : courir un demi-marathon (ben oui, on y va lentement) cette année. Alors quand j'ai vu la course organisée par Brooks, j'ai sauté sur l'occasion de rentrer dans le jeu. Ils avait des distances de 5, 10 et 21 km. 5 étant trop proche de ce que je fais d'habitude et 21 étant encore trop ambitieux, je m'isncris pour 10. Ferdi, Leo, Izrin pareil, et Azeem 21. Ben oui... :)

 

        Manque de bol, il aura fallu que je me casse le bras et me décale un peu une vertèbre en Corée. Rien de dramatique et non-réparable (presque fini !), mais ça m'a empêché de m'entraîner...

 

         Tête de mule comme je suis, ce 10K avait une grande importance. Alors, connerie ou pas, il fallait que je la fasse, cette course. On l'a faite. Sans entraînement. Sans avoir couru ou fait de sport depuis début janvier. C'était bien parti.... :p

 

           Inspirée par Murakami (et parce que je suis plutôt compétitive), j'avais deux objectifs : 1/ finir la course (sans déc...), 2/ ne jamais marcher. Au pire, tu sautilles super lentement en avant, mais tu ne marches pas.

 

           Objectifs remplis, et pourtant c'était pas du gâteau. La course partait à 6h15, alors que je suis une coureuse du soir (le matin, c'est même pas la peine), dans une banlieue à collines (wouhou, vive les pentes !), et avec une distance plus du double de ma distance ordinaire.

 

           Ferdi & moi, on l'a complété en 1h25, Izrin est arrivé quelques minutes plus tard. J'ai réussi à ne jamais marcher, mais la dernière pente m'a tué. Les 3/4 des gens marchaient mais je courais tellement lentement que ça me prenait une plombe à les dépasser. On a réussi à piquer un sprint sur les 100 derniers mètres, mais je sifflais presque après ça, et ça m'a pris 10min à parler sans coupures. Mais je l'ai fini :)

 

       Mes genoux et le côté 10cm en dessous des hanches ont pris un coup, un peu d'inflammations aux articulations. Par contre, les courbatures sont très raisonnables, je suis assez étonnée :) Maintenant, je me suis prouvé que je pouvais le faire, alors je relaisse la course jusqu'à ce que je sois entièrement réparée.

 

Brooks

Ferdi, moi et Azeem après la course

(ça va, eh, j'ai pas l'air trop rouge :p)

Publié dans Malaisie - Vit quot

Commenter cet article

Joelaindien 02/11/2012 16:51

Hello ! un passage et un petit coucou pour te signaler que suite à l'ouragan Sandy, et les debâts sur les conséquences du réchauffement climatique j'ai fait une carte des catastrophes naturelles
dans le monde depuis 2008, très instructif sur certains points ! @+

Sam 13/07/2012 16:20


Hello,


La suite, la suite..... 

Dad 13/03/2012 13:04


C'est génial ce que tu as fait. Je n'avais pas compris sur ton texto que c'était une course.Toutes mes félicitations de vieux marathonien. Il y en a un le 26 juin !! "la transléonarde" !! Après
une course comme celle-là récupère bien pour que tes petits bobos ne réapparaissent pas à la prochaine sortie. Gros bisous, je suis fier de toi.