Mes liens d'or et d'argent

Publié le par Thulemin

            Je me rappelle d’un livre d’Orson Scott Card où les liens entre les gens étaient symbolisés par des fils d’or et d’argent. L’image m’est restée, lorsque je pense à mes amis. En ce moment, je suis en plein tissage à Chiang Mai.

 

            Depuis la semaine dernière, je me suis enfin réveillée petit à petit. Je reprends contrôle tout en lâchant prise, si ça peut avoir du sens pour vous. Et moi qui faisait l’ermite et traînait des pieds à sortir voir des gens, je commence enfin à retrouver de l’énergie.





Du cote Thai
 

  
           
Ca a commencé avec Kui qui m’avait invité à Doi Suthep. Avec mes étudiants Thaïs avec qui je reste discuter de plus en plus, entre qui les liens se nouent. Avec les étudiants de Matt, ce jeune couple d’étudiants trop adorables qui m’ont invitée à leur camp d’Anglais (ok, en novembre ^^).





Soirée hindoue sur fond de jazz, avec la meilleure rencontre du mois en prime

 
  

            Mardi, j’avais la sortie de prévu au temple hindou le soir, avec Mike. J’y avais ramené Alison et Eric, deux couchsurfers de passage. Et on avait fini au Jazz Club, où Kolyo et Nathan nous a rejoint.

 

            Nathan, c’était la première fois que je le rencontrais et on a passé 2h à discuter assis sur la porte de Chiang Mai. On s’est juste « compris », en un sens. On a trop de points communs, les mêmes sensations vers les mêmes éléments. Son rêve c’est de parler aux arbres...
            Et le truc le plus sympa, c’est qu’on est tous les deux des grands parleurs mais que pour une fois on a trouvé quelqu’un qui racontait des trucs tellement intéressants que ça ne nous dérangeait pas de nous taire pour l’écouter ^^ On est en équilibre, en fait. Il est un peu comme Yannick, qui habite dans sa yourte en Suisse, mais avec plein d’énergie et un charisme différent. Et pour ceux qui voient déjà plus loin que mes mots, il est marié ;)




De retour vers des moines délaissés
 

            J'ai revu Nathan le lendemain au Monk Chat. Je me remets à parler à mes moines que je délaissais depuis le début des cours de Français.
            Hier j’ai déconné avec Phra Ken, sous les yeux d’une Française qui hallucinait total de voir un moine me dire des trucs comme « Oh, tu as l’air tellement contente en ce moment. Beaucoup plus qu’avant. C’est bien, parce que maintenant tu me souris. Avant tu me souriais pas (dit-il avec une moue d’enfant boudeur trop tripante) » 
           Et puis il ré-ajuste sa robe et me demande avec un regard en coin « est-ce que je suis beau aujourd’hui ? » Ce à quoi je lui réponds évidemment (en thai) qu’il est un playboy. Il a écarquillé les yeux, a répété « Jaochu ? » et après il s’est défendu pendant 3min qu’il n’était pas un playboy. Il s’est trop défendu pour avoir bonne conscience haha. Mais il est trippant, Phra Ken, c’est un de mes chouchous inconditionnels.





Petites soirées sans conséquence ^^

 
  

            Mercredi soir, c’était dîner avec mes compatriotes étudiants de Thaï. On était que cinq mais ça faisait du bien de tous se revoir et de déconner. En plus, on a découvert un resto Végétarien, May Kaidee, qui est… faut essayer pour savoir…

 

            Jeudi, je suis allée à la Sangha méditer, et avec Azriel (le chat de Gargamel ^^ ok, presque…) on est allé boire un verre juste à côté de chez moi. Il y avait deux Thaïs qui jouaient de la musique, guitare, tambours et harmonica et autres, et ça rendait super bien. Ils nous ont dédicacé deux chansons en Anglais mais j’en ai reconnu deux qu’ils ont chanté et j’ai failli pleurer, parce que c’était les chansons que mes amis Birmans avaient chanté le lendemain du mariage, à Chiang Tung en avril.





Shabbah Shalom

 
  

            Hier soir, c’était dîner chez Mike, pour célébrer Shabbah. On a tous apporté quelque chose à manger (j’ai assuré le chocolat ^^) et on s’est tous assis ensemble autour. Les juifs qui étaient là ont béni le pain et on l’a partagé. C’était simple et puissant à la fois. 

            Les bougies que les filles allument en bénissant les gens autour (parce que les filles c'est plus pure que les gars, c'est bien connu ^^). Le partage d’un verre... de lait de soja, parce Mike, le vin, il connait pas (et les blagues a la con pour savoir qui arriverait a changer le lait de soja en vin - la Bible version Thailande lol). La musique en fond, des chants en hébreu puis des chansons ou je distingue des Allah u Akbar et j'aime. J'aime que des Israeliens passent des chants arabes a la gloire d'Allah, le soir meme du Shabbah. Le pain que l'on casse ensemble et sur lequel on met du sel, qui symbolise les larmes versées lors de lq destruction du temple de Salomon. Le partage de nourriture, manger avec les doigts, la simplicité, le simple fait d’être tous ensemble alors qu’on se connaissait pas, pour la plupart. Que la moitié d’entre nous était même pas juif. 

         Comment se sentir bien entourée d'étrangers, a célébrer une religion qui n'est pas la notre. Ou peut-etre que toutes les religions font partie de nous, finalement... Mia et moi, on se sentait tellement a notre place. Mais ce n'est pas Shabbah qui nous a fait nous sentir aussi bien. C'est la communauté et la communion d'esprits...

          A la fin, je suis restée avec Richard et Mike, leur faire partager la musique et les photos de Bretagne, d’un stage de survie perdu dans les montagnes, et nous avons maintenant deux convertis à la celtitude qui rêvent d’aller sur les plages de Bretagne :)





A venir ? ^^
 

            Demain, avec Nathan, on organise un pique-nique CS au lac au nord de Chiang Mai. Je ramène Mike, Azriel, deux profs d’anglais de CMU en plus des autres CSers.

 

C’était une semaine socialement chargée.
Et au lieu d’être fatiguée, je me sens de plus en plus vivante ^^

Commenter cet article